Le modafinil, médicament couramment prescrit dans la narcolepsie, fait l’objet d’un intérêt récent pour le traitement
de l’addiction à la cocaïne(1). Parmi ses modes d’action, le modafinil occupe le transporteur de la dopamine
(DAT) de façon analogue à la cocaïne(2), une action qui pourrait être liée à son potentiel effet thérapeutique chez
les patients cocaïnomanes.
Dans ce travail, nous avons évalué, chez des patients dépendants à la cocaïne en début d’abstinence, l’action
du modafinil sur la disponibilité du DAT et l’influence de cette action sur leurs caractéristiques cliniques et psychométriques.
Vingt-neuf cocaïnomanes ont été inclus dans un protocole d’initiation et de maintien de l’abstinence,
modafinil versus placebo en double aveugle. Ce protocole d’une durée de trois mois comprenait une
période d’hospitalisation initiale de 3 semaines. Deux examens d’imagerie TEP au [11C]-PE2I, un radio-ligand
spécifique du DAT, ont eu lieu avant (J3) et après initiation du traitement (J17). Les caractéristiques cliniques et
psychométriques des patients ont également été évaluées. L’abstinence à la cocaïne a été contrôlée pendant
l’hospitalisation et toutes les deux semaines pendant le suivi ambulatoire (J17-J90).
Avant traitement, la disponibilité du DAT apparait corrélée à la prise de risque et au craving au niveau du striatum
et des régions dopaminergiques limbiques. Sous traitement, une diminution de 65,6 % de la disponibilité
du DAT a été détectée chez les patients recevant le modafinil alors que le placebo n’a induit aucun changement
significatif. Malgré cette action du modafinil sur le DAT, une amélioration équivalente des variables cliniques a été
observée dans les deux groupes de traitement durant l’hospitalisation. Cependant, sur la durée de l’étude, un
plus grand nombre de patients a échoué dans le maintien de l’abstinence dans le groupe recevant le modafinil.
En conclusion, ces résultats confirment l’occupation du DAT par le modafinil mais ne soutiennent pas le potentiel
thérapeutique du modafinil dans le traitement de l’addiction à la cocaïne(3).


(1) Dackis CA, Kampman KM, Lynch KG, Pettinati HM, O’Brien CP (2005). A double-blind, placebo-controlled trial of modafinil for cocaine dependence. Neuropsychopharmacology : official publication of the American College of Neuropsychopharmacology 30(1): 205-211.

(2) Volkow ND, Fowler JS, Logan J, Alexoff D, Zhu W, Telang F, et al (2009). Effects of modafinil on dopamine and dopamine transporters in the male human brain: clinical implications. Jama 301(11): 1148-1154.

(3) Karila L, Leroy C, Dubol M, Trichard C, Mabondo A, Marill C, Dubois A, Bordas N, Martinot JL, Reynaud M, Artiges E (2016). Dopamine Transporter Correlates and Occupancy by Modafinil in Cocaine-Dependent Patients: A Controlled Study with High-Resolution PET and [11C]-PE2I. Neuropsychopharmacology.

 

Auteur principal
Manon DUBOL
SHFJ, 91400 Orsay
01 69 86 78 23
manondubol@gmail.com