Dual disorders and the self-medication hypothesis

                                                                                                                                                                 Miguel CASAS - Barcelone - Espagne

Le terme « Pathologie Duelle » implique l’apparition d’une nouvelle pathologie résultant de l’interaction synergique entre les maladies mentales et les addictions, qui viennent se substituer aux concepts moins précis de « double diagnostic », « comorbidité », « co-occurrence », etc., et qui rendent difficile la prise en charge globale des patients psychiatriques consommateurs de drogues. La Pathologie Duelle a besoin d’une nouvelle approche psychopathologique pour décrire les caractéristiques symptomatologiques et rechercher de nouveaux traitements efficaces et efficients pour être utile du point de vue clinique et, en même temps, être acceptée par la Psychiatrie Générale et des Addictions, unique façon de pouvoir accomplir son introduction dans les réseaux sanitaires de l’assistance publique. D’un point de vue clinique, il est très important de définir précisément les divers types de relation que l’on peut trouver entre ces deux pathologies et qu’on peut résumer en ces cinq possibilités :
1. Les deux troubles ont une étiopathogénie indépendante.
2. La co-occurrence des deux troubles est due à des causes iatrogènes.
3. L’apparition de troubles mentaux est due à un effet psychotoxique direct de la drogue.
4. Les deux troubles présentent une vulnérabilité psychobiologique partagée.
5. Les troubles mentaux facilitent l’apparition d’addictions et on peut alors évoquer l’Hypothèse de
l’Automédication, à savoir que les drogues sont utilisées pour améliorer la symptomatologie psychiatrique. A présent, de plus en plus, l’Hypothèse de l’Automédication avance en gagnant des adeptes.