Introduction : Les atteintes hépatiques et neurologiques font partie des complications les plus fréquentes de l’alcoolo-dépendance. De manière contre-intuitive, les patients auxquels nous dépistons une atteinte hépatique sévère sont ceux qui ont le plus de difficultés à mobiliser des ressources afin de maintenir une abstinence durable. Ceci peut s’expliquer par l’impact motivationnel d’une atteinte neurologique concomitante. Cependant il n’existe pas à ce jour d’étude mettant en évidence une corrélation entre atteinte hépatique et atteinte neurologique chez les patients souffrant d’une addiction à l’alcool.
Matériels et méthodes : Une étude rétrospective a inclus 83 patients hospitalisés pour sevrage dans les services d’addictologie des hôpitaux Emile Roux et Cochin entre 2013 et 2015. L’atteinte hépatique a été évaluée de manière non invasive par élastométrie et l’atteinte cognitive par le test MoCA.
Résultats : Notre cohorte était composée de 66 hommes et 17 femmes avec un âge médian de 54 ans. Ils consommaient avant l’hospitalisation 206 grammes d’alcool pur quotidien en moyenne. Cinq d’entre eux présentaient parallèlement une hépatite virale active (4 VHC, 1 VHB).
L’élastométrie hépatique médiane était de 6,4 kPa [2,8-73,5] et le résultat au test MoCA médian de 25 [8-30]. Une corrélation entre élastométrie hépatique et résultat au test MoCA a été mise en évidence (r=-0,254 ; p=0,02 selon le test de Spearman) et ce lien semble plus fort pour les patients les plus âgés, ceux ayant commencé la consommation tardivement et ceux consommant en quantité plus modeste.
Conclusion : Il existe un lien entre atteintes hépatiques et neurologiques secondaires à une consommation prolongée d’alcool ce qui renforce l’idée selon laquelle nous devons dépister précocement les troubles cognitifs afin d’améliorer le pronostic addictologique des patients.
Une étude complémentaire des facteurs influençant cette relation est en cours. Elle pourrait nous permettre d’ouvrir des pistes sur les mécanismes physiopathologiques et les déterminants des atteintes hépatiques et neurologiques secondaires à l’alcoolo-dépendance.

 

Auteur principal
Romain GOMET
Addictologue
Hôpital Albert Chennevier
40 rue de Mesly, 94 000 Créteil
romain.gomet@aphp.fr